Chapitre 6 : Batillat

Avant qu'un des pirates en manque ne me saute dessus et que s'en suive ce qui doit s'en suivre, Batillat m'ordonne de le suivre. Je m'execute. Je ferai n'importe quoi pour être loin d'une bande de pirate en manque. Je pourrais me defendre contre Batillat. J'ai toujours mon couteau dans ma main. Et il est toujours recouvert de sang. Du sang du matelot que j'ai assasiné. Plutôt tué. Ou arracher la vie.

Je suis Batillat a travers le navire. Il m'emmène dans une cabine. La sienne je devine. J'entre et je repére tout de suite le lit. Batillat à dû s'en rendre compte car il me dit :

-Ne t'inquiète pas, je n'ai aucune envie de faire ça.

Je hausse un sourcil. Aucune envie ? Mon cul ouais. Il ne m'a pas amener ici pour jouer aux échecs. Ma tête doit être ridicule car il rigole :

-Non mais c'est vrai. Je veux juste parler avec toi.

-Sans rire ?

-Sans rire. Si tu es arrivé ici tu dois bien avoir quelque chose à raconter.

Il me désigne la table et je m'assit a une chaise. Il s'assit en face de moi. Je me retiens de l'appeler Gus. Mais ce n'est pas le même. Gus a des yeux bleus doux et apaisant. Batillat a des yeux marrons clairs transperçants et pas du tout agréables.

-Alors, qu'elle est ton histoire ?

-Quand je suis née, je n'étais pas désiré de mes parents. Mon père n'avait jamais voulu m'avoir. Ma mère était constamment malade alors c'était mon père qui se vengeait sur moi. Il se vengait parce que je suis née. 10 ans apres ma naissance, j'ai eu un petit frère, Tom. Mais mon père ne le tapait pas, il était trop jeune. Mais il n'empêche qu'il ne me donnait jamis rien a manger. Et mon père et ma mère se detestait ils se disputaient sans cesse quand elle n'était pas alité. Je n'avais pas de chance, et toute la nourriture que ma mere avait elle le donnait a Tom. Inutile de dire que mon père ne donnait rien. Je subsistais grâce à Gus, un des fils du boulanger et par ailleurs mon seul ami. Il me fournissait du pain et de l'argent sans rien demander en retour. Et dans le dos de ses parents. Il se faisait frapper parfois et ça nous faisais rire de comparer nos blessures. Un jour mon père a su par la maîtresse que j'avais des marques de coup sur moi. Alors, il m'a mis dans la cave et battu a quasi mort. Quand nous sommes remonter, ma mère et mon petit frère étaient mort. Ils ont été tué par le roi de France qui anéantissait toute opposition. Alors mon père avait une rage. Je ne rentrais plus chez moi, j'allais chez Gus quasiment tout le temps. J'aimais la bonne odeur de pain qui etait en permance chez lui. Sur lui. Il me connaissait mieux que moi meme et moi je le connaissais mieux que lui. Je l'aimais plus que tout. Il m'a offert ce collier. ( je montre à Batillat mon collier avec la perle rouge ). Mais un jour il est mort. D'une maladie, je crois. Mais ma mort reste la mort. Peu importe comment elle est arrivée. Mon père etait sensé le soigner mais il n'en n'a rien fait. S'a m'a mis en rogne. Je suis partie. Je volais pour vivre. De l'argent, de la nourriture. De tout. Mais un jour, je me suis fait choper et j'ai rencontré Baptiste. Et j'ai volé de vos cartes sur ce bateau. C'était il y a une semaine.

Batillat me regarde. Il doit savoir que je n'est pas tout dit.

-Tu n'as pas tout dit, dit Batillat comme si il avait lu dans mes pensées. Ton père il est devenu quoi ?

J'aurai envie de mentir, mais comment il regarde ! Aucune personne ne peut résister.

-Je l'ai tué !! crié-je. Avant de fuire !

Je me lève de la chaise et crie sur Batillat :

-Il est mort, crever, dead, fini ! Comme Gus ! Comme nous tous ! Je l'ai tué putain ! J'ai tué mon père !

-Calme-toi Madge.

Il appuie sur mes épaules pour que je me rassois. Je me calme et l'interrogatoire reprend :

-Tu as trembler en le tuant ?

-Non. C'est le pire. Je suis un monstre pas vrai ?

-Pas du tout. Et c'est moi qui pose les questions. Je voudrais savoir pour Baptiste.

-Et bah quoi Baptiste ?

-Ce qu'il se passe entre lui et toi.

La vache. Il est vraiment fort pour deviner ce type.

-On s'est embrassés rien de plus et il m'a dit qu'il m'aimait et moi aussi je lui ai dit mais on etait soul tout les deux.

-C'est tout ?

Encore une fois son regard me force a dire la vérité :

-On a fait l'amour aussi. Mais j'étais bourré aussi ! Je regrette de l'avoir fait. Je suis stupide.

-Ecoutez, dit Batillat avec douceur ce qui me surprend, je vais être franc avec vous. Vous êtes courageuse et vous avez plus de couilles que les 3/4 des hommes présents sur ce bateau. Vous auriez pu être engagé ici. Mais Albator est un corsaire et non un pirate. Ensuite il ne voudrait pas de femme a bord. Même une femme comme vous. Mais si ça ne tenait qu'à moi, je vous engagerez sur le champs.

Il est si sympa d'un coup que je peux me retenir et cours vers lui pour lui faire un câlin. Il a l'air gêné, voire offensé mais au bout de mon insistance, il finit par accepter et me sert aussi dans ses bras. Il est peut-être droit et trop grand pour moi, mais personne ne m'a serré comme ça depuis Gus. Même pas mon père, ni Baptiste ne m'a fait de câlin avec autant d'attention. J'ai l'impression de me retrouver avec Gus et si je ne m'arrête pas tout de suite, ça va partir en steak. Alors je me detache et dit :

-Merci.

-Ne me remerciez pas matelots. On vous deposera en Pangée dès que l'on y arrivera.

-La Pangée ?

-Oui. Un continent découvert par le capitaine et tenu secret depuis. Il est peuplé d'humain comme vous et moi. Vous avez dû le voir sur les cartes que vous avez volé. N'est-ce pas ?

-Ah, oui. D'ailleurs à propos des cartes, je suis désolé.

-Ce n'est pas grave. Et déjà oublié. Mais venez, la nuit tombe et il bous faut une cabine pour dormir.

Il sort de sa cabine et marche vite dans le dèdal de couloir qu'est l'Arcadia. De nombreuses personnes passent et nous jettent des regards froid. Je crois qu'ils ont crus que Batillat me gardait pour lui. Pfff ! Quels cons ! Ils ne connaissent pas le second du capitaine ça se voit. Et moi, je vois maintenant pourquoi il est second. C'est l'homme parfait pour ce poste. Solide et autoritaire mais aussi calme et rassurant.

Il nous conduit devant une porte. Il l'ouvre et derrière ce trouve une petit pièce éclairé par une fenêtre. Il y a un lit et un bureau et une armoire. C'est une chambre pour une personne.

-J'ai pensé qu'il valait mieux ne pas vous mettre ensemble Baptiste et toi, dit Batillat.

-Oui c'est une meilleure idée.

La lumière du coucher de soleil passe a travers la fenêtre. Cette chambre est petite mais elle est parfaite à mon goût. Mais un truc cloche alors je demande :

-Auriez vous quelque chose pour se laver ?

-Bien sûr. Le capitaine est un adepte de la propreté.

3 minutes plus tard je suis dans une piece avec eau chaude ! Batillat monte la garde devant la porte pour que les petits curieux de l'anatomie féminine ne viennent pas. Pendant que je frotte et refrotte mon corps comme le plancher de l'Oceanus ( qui a coulé ) je me dit que Batillat est assez âgé pour être mon père. Et un bon père. Pas comme celui que j'ai eu. Je me renverse de l'eau sur la tête pour enlever la mousse. Ensuite je me rhabille et je sors. Batillat est toujours là mais personne aux alentours. Il doit être très craint parmi l'équipage.

Durant le trajet jusqu'à ma chambre je n'ose lui parler de mon idée. Il me prendrait pour une folle. Quand on arrive à ma chambre il m'ouvre la porte et dit :

-Je viendrais vous réveillez demain matin.

Il s'apprête a sortir quand je dis :

-Attendez ! Vous savez faire des tresses ?

Il paraît surpris mais hoche la tête de façon positive. Je suis plus surprise que lui. C'est un pirate... Pardon corsaire. Comment se fait-il qu'il sache tresser ? Je lui montre mes - trop - longs cheuveux et on s'assit sur le lit. Il est derrière moi et s'attelle a l'ouvrage que représente ma tignasse.

-Avez-vous de la famille ? demandai-je.

-J'avais une femme. Mais elle est morte il y a 5 ans je crois.

-Je suis désolée.

-Ne le soyez pas toujours. Mais c'était elle qui me demandait aussi de tresser ses cheuveux.

-Je ne voulait pas vous faire penser a ça ...

-Ce n'est rien matelot. Je ne vais pas pleurer. Ce ne serait pas digne.
Voilà j'ai fini.

Il se lève et me regarde tristement. Ses yeux brillent et j'aimerais être aussi fort que lui. Pour ne pas pleurer sur mon sort. Et sur celui de mes défunts proches. Je m'allonge sur le lit et étant la couverture sur moi.

-Je vais fermer à clé, dit Batillat, pour éviter des intrusions.

-Je comprends.

Il va s'en aller. Je n'aurai peut-être plus d'occasions de lui demander. Alors je me lance :

-Dites Batillat, vous accepteriez d'être mon père adoptif ?

Batillat me dévisage longtemps. Il me prends pour une folle. Mais ce n'est aps un scoop. Je suis folle et stupide. Il ne voudras jamais.

-J'ai toujours voulu avoir une fille, dit Batillat. Et je n'ai aucune envie de vous laisser tomber.

Il s'approche de moi et me fait un bisou sur le front.

-Bonne nuit, Madge.

-Bonne nuit.

Il repart. Je crois qu'il va pleurer dans sa cabine après. Il referme doucement la porte. Je sais que c'est bête mais je suis heureuse. Pas totalement, mais plus que durant les 3 semaine précédente. Et je m'endors paisiblement.

Au beau milieu de la nuit, je suis réveillée par quelqu'un qui essaye d'entrer. Heureusement que Batillat a fermé la porte. J'entends la personne appeler mon nom. C'est Baptiste. Je n'ai pas envie de lui repondre et je suis trop fatiguée. Alors je ne bouge plus jusqu'à ce qu'il s'en aille.
Je n'ai pas besoin de son affection mais de celle d'un père.

Via Skyrock iPhone

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.162.121.80) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Lfai

    16/07/2016

    Coucou :)

    J'espère que tu vas bien.
    Deux nouveaux articles sur Juliette Darche & Yara Pilartz.

    Articles à venir:
    Série: NCIS
    Film: La guerre est déclarée
    Acteur: Rocky Carroll
    Livre: Les cendres froides

    Je te souhaite une bonne journée.
    A bientôt

    Lexi

  • Lfai

    15/07/2016

    Coucou :)

    J'espère que tu vas bien.
    Deux nouveaux articles sur Roxane Duran & Solène Rigot sont en ligne.

    Je te souhaite une bonne journée.
    A bientôt

    Lexi

  • Lfai

    14/07/2016

    Coucou :)

    J'espère que tu vas bien.
    Deux nouveaux articles sur Louise Grinberg & Esther Garrel sont en ligne.

    Je te souhaite une très bonne soirée.

    A bientôt
    Lexi

  • Lfai

    13/07/2016

    Coucou j'espère que tu vas bien.

    Deux nouveaux articles sont en ligne aujourd'hui le premier sue Edward Speleers.
    Pour le second sur le films 7 filles il est aussi le premier des rajouts 2. Tu peux voir la vidéo rajout 2 sur le premier article du blog, qui te montrera les articles à venir.

    Je te souhaite une très bonne journée.
    A bientôt

    Lexi

Report abuse