Chapitre 1 : Voleuse

Je cours. Si je m'arrête ils vont me rattraper et me capturer.
Je me suis enfuie. Et j'ai volé de la nourriture.

Je me dirige vers le seul lieu que je sais qu'il m'abritera. Le port marchand. Dans Marseilla il y a deux port : un marchand et pour la flotte du roi et un autre pour les pirates. Personne n'ose y aller de peur de se faire tuer ou de se faire voler tous ses biens. Autant ne pas y aller. Ça pourrait déranger mes poursuivants mais moi je m'en prendrais dans la gueule aussi.

Ils sont a mes trousses. Et ils ont des épées. Quelle conne je suis de ne pas avoir pris d'armes ni autres chose qui pourrait m'être utile pour me defendre. J'ai juste un pain. Un pain dérobé a la boulangerie. Il est encore chaud. Je le sers contre moi pour me réchauffer de la pluie froide qui tombe. Je le sers comme on se raccroche a la vie. C'est tout ce qu'il me reste. Un pain. Un stupide pain.


Et je cours. J'évite les flaques d'eau ( les plus grosses ). Si ils me rattrapent ils vont soit me brûler et se faire un toast avec mon pain si ils sont patients ou me loger leur épée dans le c½ur si ils sont pressés. Les gens n'ont pas la palme de la compassion de nos jours. Tu tue ou tu es tué. C'est aussi simple que ça. Et on peut le dire avec tout. Tu voles ou tu es volé. Tu manges ou tu es mangé. Tu cours ou tu es coursé. Tu baise ou tu es baisé. Tu toast ou tu es toasté. Tu dors ou tu es ... Peut-être pas avec tout en fait. Mais avec la plupart des verbes.

Je rentre dans le port où il n'y à plus personne. Pour cause il pleut et c'est la nuit. Avant que mes poursuivants ne rentrent aussi, je monte dans un bateau amarré. Je me retrouve sur le pont, trempé. Il n'y a aucune lumière. Les matelots doivent sûrement être au bar en train de se soûler. Je fonce la porte qui mene au cabines et me retrouve au sec. J'essore mes cheveux et j'avance dans le corridor qui semble grand pour un si petit bateau.

Je ne tient plus et cours jusqu'au fond du couloir où doit sûrement se trouver la cabine du capitaine. J'enfonce encore la porte. Une bougie est allumée et eclaire la piece. Elle est assez petite pour le capitaine.

Un lit bien fait se situe au fond ( il ne doit pas être utilisé tres souvent ), a côté une table de chevets avec un journal de bord au-dessus, logique pour un marin. Un bureau en acajou ( je crois ) avec des cartes et des tas d'appareils de mesures dessus et la bougie qui éclaire toute la pièce.

Je me penche sur le bureau et en bonne voleuse que je suis, je prends plusieurs cartes que je fourre dans la poche intérieur de mon manteau ainsi que divers instruments dont les noms ne sont jamais entrés dans mon esprit. Peut-être que si je les vends j'en tirerai un bon prix. Ou je peux forcer la main de quelqu'un pour monter dans son navire grâce aux cartes.

Je suis en train d'en mettre encore dans mon manteau quand la vue de la bougie allumée me fait un choc. Pourquoi l'aurai t-il laissé allumée si il est parti boire ?

Je sors en précipitations de la cabine passant un coup au cuisines au je me prends des autres choses à manger ( viandes séchée, pain... ). Je cours dehors avant de me faire repérer par un matelot resté. Ou même le capitaine. L'idée me fait définitivement quitter le bateau. J'ai a peine poser le pied sur les pavés que mes poursuivants ( la famille du boulanger a l'occurance) me voient.

-Eh toi la voleuse de pain !! Me crient-ils.

Ah oui le pain. MERDE le pain !!!!!!! Je l'ai laissé dans la cabine ! Belle journée vraiment. Je ne peux pas y retourner. Tant pis j'en ai d'autres. Je cours pour passer devant le bateau dans lequel je suis montée, les proches du boulanger a mes trousses. Sur la coque noire charbon est noté le nom du bateau : l'Arcadia. Jamais entendu parler.

Je cache mon butin derrière un énorme poton d'amarrage et je saute à l'eau entre 2 bateaux. L'eau est froide et me mort la peau a en hurler mais je m'en retient. En tout cas si je veux survivre. Je plonge plus profond dans l'eau et je sors mon couteau et m'entaille le bras gauche. Du sang remonte a la surface. Ils vont croire que je me suis blessée. Vite mon apnée baisse. J'enlève tous ce que je porte en haut et mon pantalon. Les filles n'ont pas le droie d'en porter. Alors je l'ai volé. Mes vêtements remontent aussi a la surface. Je nage vers le bors et sors de l'eau pour respirer un bon coup. Je les entrnds dire :

-Elle s'est noyée.

Ce n'est pas un question c'est une affirmation.

-Tant pis, dis un autre, on dira qu'on l'a tuer.

Franchement ils sont plus bêtes que je le pensais. Ils s'en vont et je suis coincé dans l'eau glacée du port à moitié à poil ne pouvant pas sortir seul. Genial !! De plus en plus belle la journée. Je me déplace pour que quand je sortirais mes provisions et les cartes seront toutes proches si mes poursuivants ne les ont pas pris. Mes habits flottent un peu partout. Je rattrape tout sauf mon corset. Chiotte ! Ma mère me réprimanderai pour mon langage si elle m'entendait. Si. Au bout de 5 minutes j'entends des pas. Enfin, ma température est descendu de 30 degrés au moins depuis que je suis dans l'eau. Le type ou la fille s'approche et dis :

-Oh quelqu'un a oublié ses affaires.

Donc ils ne les ont pas pris ! Ils sont tellement bêtes ! C'est tellement hilarant que j'en rigole et en manque de me noyé une nouvelle fois ! Ils sont tellement stupides !!
Mais comme j'ai rigolé le type ( c'est un mec ) se penche et dis :

-Qu'est-ce tu fais là ?

-Baignade de nuit, repond-ai je.

-Tu as plutôt l'air de te noyer, rétorque t-il.

-En fait oui.

-C'est tes affaires là ?

En disant ça il désigne le poton. Je secoue la tête.

-Et là c'est tes habits ?

Il designe mes habits dans l'eau. Je hoche de nouveau la tête.

-Et là c'est ton sang ?

Nouveau hochement de tête de ma part.

-Bon, dit-il, nage vers moi et attrape mon bras.

-Qui me dit que je peux te faire confiance ? Dis je

-Tu préfères mourir de froid en te vidant de ton sang ?

Et oui parfois on est reduis a faire confiance ou crever comme une merde. Je tends mon bras attrape le sien et il me hisse sur le port. Face a ma nudité il détourne la tête. Il doit avoir mon âge un peu plus je crois. La pluie rends l'observation difficile. Je dis :

-Quoi ?

-Tu es nue, me repond t-il.

-Et alors ?

-Je ne tiens pas a... Avant l'heure.

Il enlève sa veste et me la tends toujours tourné. Elle est mouillée a l'extérieur mais est chande et sèche a l'intérieur. Je l'enfile et quand elle frote sur mon bras je dis :

-Tu n'aurais pas un bandage je vais crasser ta veste sinon.

-Pas grave, dit-il, on te soignera apres.

-Apres quoi ?

J'ai dit ça mais la vraie question reste "on" quoi ???

-Récupéré tes fringues.

Grâce a un bâton il repeche mes vêtements. Apres je reprends mes cartes dans ma veste trempée et mes provisions et suis le type qui monte dans un bateau et m'invite a monter aussi. Je vérifie le nom du bateau. L'Océanus. Ça va. Je ne tient pas a remonter a bord de l'Arcadia.

Je suis le type dans un cabine. Moyen conford il y a juste 2 lits et une petite table. Je dépose mes affaire sur la table et le gars m'amène des habits secs. De mec. Je le regarde et il hausse les épaules.

-Au fait, dis-je, je m'appelle Madge.

-Et moi Baptiste. Mais sur le bateau on m'appelle Renard. A cause de mes cheveux roux. Et que je gagne a la belote.

Le reste de la soirée se passe comme ceci : je m'habille, mange, et ensuite je m'assis sur le lit et Bapt' ( je l'ai surnommé comme ça ) me tresse les cheuveux et les caches dans un bonnet. Apres il demande :

-Tu as quoi dans ton manteau ?

-Va voir par toi même dis-je.

Il se lève et va voir. Au bout de plusieurs seconde a avoir parcouru les papiers il ouvre des grands yeux. Il me regarde puis les cartes puis moi puis les cartes puis moi. Enfin il me dit :

-Où as-tu trouvé ça ?

-Dans un bateau. Je les ai volé. Je suis une voleuse.

Il est tout secoué. Il vient s'assoit à côté de moi et brusquement me saisi les épaules et dit :

-Madge, ce sont les cartes au trésor inestimable du capitaine pirate Albator.

Via Skyrock iPhone

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.167.126.106) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Lfai

    07/07/2016

    Coucou :)

    J'espère que tu vas bien.
    Deux nouveaux articles sur Ansel Elgort & Quentin Foltz sont en ligne.

    Je te souhaite une très bonne soirée.
    A bientôt

    Lexi

Report abuse