• 393 visits
  • 39 articles
  • 260 hearts
  • 215 comments

Bienvenue ! Bienvenue ! Bienvenue ! ❤ 20/07/2016

Bienvenue sur le blog de KatnissSunset.
Bienvenue ! Bienvenue ! Bienvenue ! ❤

Celui d'une fille fada d'hunger games.Sur ce blog j' écrirais des histoires et donnerais des détails croustillants à propos d'hunger games. Aussi croustillants que sont les sucres de Finnick !!!
Bienvenue ! Bienvenue ! Bienvenue ! ❤

J'aime surtout lire et embeter le monde ( hein Margot ? ), j'adore Albator ( qui est mon modèle ) et je suis PASSIONéE par ls creeepypasta ( si vous en avez, n'hésitez pas je suis à court en ce moment ).
Bienvenue ! Bienvenue ! Bienvenue ! ❤

Voila Voila ma vie toute à fait passionante. Encore une photo de Finnick pour la route !!<3
Bienvenue ! Bienvenue ! Bienvenue ! ❤

Everllark :

http://katnisssunset.skyrock.mobi/3273103458-La-fille-du-feu-et-le-garcon-des-pains.html?return_page=3

http://katnisssunset.skyrock.mobi/3272825250-Reste-avec-moi.html?return_page=3

http://katnisssunset.skyrock.mobi/3272582372-La-fin-de-la-revolte.html?return_page=3

http://katnisssunset.skyrock.mobi/3272231488-Le-garcon-des-pains.html?return_page=3

http://katnisssunset.skyrock.mobi/3272114528-Mesdames-et-Messieurs-les-vainqueurs-des-74emes-hunger-games-Katniss.html?return_page=4

http://katnisssunset.skyrock.mobi/3272060084-J-ai-pense-que-tu-etais-mort.html?return_page=5

http://katnisssunset.skyrock.mobi/3272058278-Les-histoires-d-amour-n-ont-jamais-de-fin-Everllark.html?return_page=5

Finnick : (je l'aime ptn il est trop beau ❤️)

http://katnisssunset.skyrock.mobi/3272059638-Finnick-Odair.html?return_page=5

Et ma FanFiction pirate :

Prologue : ❤️
http://katnisssunset.skyrock.mobi/3278535922-Fanfiction-pirate.html?return_page=1

Chapitre 1 : ❤️
http://katnisssunset.skyrock.mobi/3279026948-Chapitre-1-Voleuse.html?return_page=1

Chapitre 2 : ❤️
http://katnisssunset.skyrock.mobi/3279072182-Chapitre-2-Nouvelle-identite.html?return_page=1

Chapitre 3 : ❤️
http://katnisssunset.skyrock.mobi/3279128040-Chapitre-3-Bonnet.html?return_page=1

Chapitre 4 : ❤️
http://katnisssunset.skyrock.mobi/3279245918-Chapitre-4-Terre-et-bateau-en-vue.html?return_page=1

Chapitre 5 : ❤️
http://katnisssunset.skyrock.mobi/3279295346-Chapitre-5-Abordage.html?return_page=2

Chapitre 6 : ❤️
http://katnisssunset.skyrock.mobi/3279307948-Chapitre-6-Batillat.html?return_page=2

Chapitre 7 : ❤️
http://katnisssunset.skyrock.mobi/3279492998-Chapitre-7-Sur-l-Arcadia.html?return_page=1

Chapitre 8 : ❤️
http://katnisssunset.skyrock.mobi/3279495260-Chapitre-8-le-village.html?return_page=1

Chapitre 9 : ❤️
http://katnisssunset.skyrock.mobi/3279496004-Chapitre-9-Enfant.html?return_page=1

Epilogue De Madge : ❤️
http://katnisssunset.skyrock.mobi/3279606638-Epilogue-de-Madge.html?return_page=1

Epilogue de Baptiste : ❤️
http://katnisssunset.skyrock.mobi/3279614078-Epilogue-de-Baptiste.html?return_page=1

Et les dernières Actus d'Hunger Games :

Un prochain film ?
http://katnisssunset.skyrock.mobi/3277435246-Un-prochain-film.html?return_page=1

http://katnisssunset.skyrock.mobi/3272057256-Hunger-Games-l-embrasement-la-revolte.html?return_page=6
 
 
Je pense que c'est fini du coup... Ah, non j'oubliais que je vais créer un autre blog prochainement qui parlera d emes lectures !!!!

Via Skyrock iPhone

Épilogue de Baptiste 18/07/2016

Madge s'effondre devant moi. Et révèle le capitaine Albator derrière, fusil en main, encore fumant.

-Non !! hurlé-je

Mais ce n'est pas ce qui l'aidera. Je cours vers elle. Elle a son visage face contre terre. Le sable de la Pangée vole partout. Elle est tombée par terre et je peux voir l'impact. Le trou de la balle est profond. Son dos se soulève. Elle respire encore. Il y encore de l'espoir. Son dos se soulève. S'abaisse. Se soulève. S'abaisse. Se soulève. S'abaisse. Ne se soulève plus. Les larmes me viennent pour la première fois. C'est bien je peux m'exprimer. Mais l'occasion est horrible.

-POURQUOI ?

Je l'ai crié en direction d'Albator. Il s'avance en rangant son pistolet.

-Elle allait te tuer.

-ELLE NE SAVAIT PAS CE QU'ELLE FAISAIT !

-Elle le savait très bien. Tu l'as trahi. Elle t'avait donné sa confiance.

-JE NE L'AI JAMAIS TRAHI !

-Si. Quand tu as rejoins mon equipage la laissant seule ici. Quand tu l'as abandonné a ton entrée dans la vaisseau. Les exemples sont nombreux et ne manque pas. Mais elle avait déjà un homme dans son c½ur.

-Gus, murmurai-je ...

-Oui, mais le tué n'a rien arrangé, Baptiste. Elle l'a su. Que tu étais son meurtrier. Ça a scellé son choix.

-C'EST VOUS QUI LUI AVAIT DIT !!

-Oui.

Son calme est une horreur. Et c'est un traitre. Il s'est fourni une raison pour la tuer parce qu'il n'en a jamis voulu. Pas plus ici que sur l'Arcadia. Mais il a raison. Elle a toujours aimé Gus. Et même si je l'ai tué ça n'a rien arrangé. Elle est partie maintenant. Je ne la reverrai plus jamais.

Les larmes tombent a terre à côté de son corps. Mes larmes. Normal pour mon ½il gauche, des larmes de sang pour mon ½il droit crevé. Je retourne son corps. Et je vois son visage. Elle est morte un sourire aux lèvres.

-Un capitaine ne peut se permettre d'avoir des distractions.

Albator me tent son cache ½il. Comme un appel. Un espoir. Celui de protéger le monde. Et pour faire perdurer le mythe du capitaine Albator.

Je l'accepte. Je l'attache. Je ne vois que d'un ½il mais ce n'est pas un problème.

Maintenant, je suis Albator. Corsaire. Commandant du vaisseau fantôme l'Arcadia. Et j'ai des espagnols à allé boter le cul.

Fin

Via Skyrock iPhone

Épilogue de Madge 18/07/2016

Je rouvre les yeux. Le ciel est bleu et il fait bon. Je voudrais pouvoir rester ici toute l'éternité. Mais un visage apparaît dans mon champs de vision. Je le reconnais même si il n'a pas changé.

-Maman ...

-Comment ça va ma cherie ?

C'est incroyable. Je me lêve. Tout est blanc a l'exception d'un petit village plus loin. Ma mère me fait un câlin. Elle sent encore son parfum d'avant. Celui que j'aimais et qui chatouille mes narines.

-Je vais bien maman. Je vais bien.

Elle se detache de moi et Tom court sur ses petites jambes pour venir me voir.

-Madge !! crie t-il

Il saute dans mes bras et je le fais tournoyer. Il est si heureux. Il a tout juste 5 ans. Comme avant. Je le repose à terre et il me dit :

-Tu était où ?

-Je faisais un voyage horrible. Mais c'est fini. Je suis là maintenant.

-Ouiiiiiii !!!!!!!

Il s'agrippe à ma jambe et je vois la porte d'une des maisons s'ouvrir. Et sur le perron se tient Gus. Un pain comme ceux qu'il me donnait avant à la main. Un sourire sur le visage. Je repousse Tom et je cours vers Gus. Les larmes coulent a flot sur mes joues. Je ne sais pas si ce sont des larmes de joie ou de tristesse.

Quand j'arrive vers lui je m'accroche à son cou. Il est fort, chaud et il sent bon le pain. Tout ce dont j'ai besoin. Il me caresse doucement, avec prudence. Il caresse mes hanches remonte dans mon dos et sur les epaules. Je fond littéralement. Il me caresse le cou et bute sur le collier. Je m'enfouis la tête dans sa chemise et pleure a chaude larmes. Je sens son collier sous le tissu. C'est le même que le mien, mais avec une perle blanche. Avec Tom et Maman, Gus est la seule personne qui ait de l'intérêt a mes yeux. Et que je peux avoir maintenant. Il me caresse les cheuveux et murmure :

-Alors tu aimes le paradis ?

-Pas plus que je t'aime toi.


Fin.

Via Skyrock iPhone

Chapitre 9 : Enfant. 16/07/2016

Le village se rapproche au fur et à meusure de mes pas. Le choc se lit encore sur mon visage. Ça ne passera pas. Ça ne passera jamais. Ça ne passe pas un truc comme ça.

Le pistolet frappe contre ma cuisse. Celui qui va servir à tuer Baptiste. Mais maintenant lui loger une balle dans la tête est la chose que je desire le plus au monde. Sur l'Arcadia, je me suis un peu entrainer au tir mais il faudra que je sois proche de lui pour le tuer. J'ai une semaine pour le tuer et une raison. A croire que je n'étais pas la seule a faire des cachoteries.

Je rentre dans la hutte d'Amina, pose le pichet. Et je repond aussi a ce qu'elle me dit par " hum ". Je comprends mieux sa famille maintenant. Il n'y a plus aucun bruit a par celui de nos mastication. Le repas se finit en silence avec des fruits. Je me leve et adresse des remerciment a la famille d'Amina qui me repond par un " Hum " compatissant.

Je reviens a ma hutte, j'ai envie de dormir. Mais en voyant ma hutte complètement vide, je me dis que je ferai mieux de trouver un lit ou un hamac chez une autre personne assez gentille pour me le prêter. Mais ma fatigue est telle que je n'y tiens pu et m'effondre par terre. A peine ai-je fermé les yeux que je m'endort.

Je suis sur une plaque. Une plaque qui est sur un grand poton. Un poton fin et qui s'enfonce dans un vide. Je ne vois pas jusqu'où va le vide. C'est un vide sans fond. Et il y a deux rives a ma gauche et a ma droite. Sur la rive de gauche se trouve Baptiste, mais il a l'air un peu plus vieux, plus eprouvé. Sur la rive de droite, il y a Gus, qui est comme la dernière fois que je l'ai vu. Il est plus beau et plus musclé que dans mon souvenir. Peut-être qu'avant je n'y faisais pas attention car je croyais avoir le temps, et que l'on me l'enlèverais jamais. J'avais tort.

Exactement en même temps, Baptiste et Gus lance une corde qui m'attrape chacune un de mes poignets. Et chacun de leur côté ils tirent sur leurs cordes. Je suis etendu et la plateforme vacile. Je resens une forte douleur dans ma poitrine. Je leur crie d'arrêter, mais tout deux continuent a tirer. Ils veulent m'ecarteler ma parole ! Mais soudain ils disparaissent tout les deux. Je regarde autour de moi quand un énorme tremblement de terre retenti. Ma fragile plateforme bouge de plus en plus et menace de me faire tomber. Soudain une enormisse silhouette sort du gouffre et se dresse devant moi. Son visage m'apparaît. C'est le capitaine de l'Oceanus. Le capitaine Berg. Je n'ai jamais entnedu son nom mais il me vient tout de suite à l'esprit. Il est un million de fois plus grand que moi. Il lève sa gigantesque main et accompagné d'un rire diabolique l'abat violement sur moi.

Je me reveille en sueur. Je suis dans ma hutte. Il fait encore nuit. Et mes lames a mes bracelets sont sortis. Je pourrais me faire mal alors je les enlève et les poses à côté de moi. Je me rallonge et réessaye de me rendormir en esperant ne pas faire de cauchemars. Et je me rerendors.

Mes rêves se decoupent en fragment de quelques secondes où se sont soit que un son soit son et image. Du feu. Que du feu des villages sont en feu. Et au milieu de ce feu le drapeau espagnol flotte. Ensuite noir. J'entends Gus crier mon nom. Ensuite je m'entends crier le sien. Puis je vois Baptiste, il a une meche de cheuveux devant un ½il. Et il assiste au feu dans les villages sans rien faire. Je m'entends lui crier de fairequelque chose, puis il se retourne et braque un pistolet vers moi. Noir. Puis je vois Gus. Qui se fais tuer par le capitaine Berg. Et j'assiste impuissante a ceci.

C'en est trop pour moi et je me force a me réveiller. Le soleil passe a travers les trous dans ma hutte. Je me suis réveillée a temps car Amina debarque en criant :

-Debout !

-Je suis déjà réveiller.

-Mais pas debout encore.

Je me lève et Amian m'entraîne tout de suite hors de la hutte. Beaucoup de gens sortent aussi et se dirigent vers un endroit. C'est une sorte de temple blanc avec des marches devant. Et en haut des marches et devant le temple se trouve une sorte de table cilyndrique. La table est rouge et du liquide rouge séché s'ecoule jusqu'en bas des marches. On se trouve au milieu de la foule qui a l'air heureuse. La plupart des gens semblent être heureux d'être là. En fait pas la plupart. Tous. Je demande à Amina :

-Que se passe-t-il ?

-C'est le Méhéd.

-Et c'est quoi ?

-Un sacrifice a Dieu. On tue 3 personnes de la tribut - qui ne sont pas au courant bien sûr c'est plis marrant - sur l'autel que tu vois là-bas et apres on se partage leurs entrailles et on les manges.

Elle a dit ça comme si c'était normal. Comme si on faisais tous ça. Je recule terrorisé. Ce sont bien des cannibales. Et je me suis retrouvé dans leur village. Je dois sortir. Et vite. Je cours. Je vais dans la jungle. Je trebuche sur toutes les olantes qui se dressent sur mon chemin mais je n'en n'ai rien a faire. Je sens mes habits se déchirer, mais je n'en n'ai rien n'à faire. Je dois m'éloigner. J'irai sur la plage. De là je trouverai Baptiste et lui logerai une balle dans la tête. A l'occasion je tirerais bien aussi sur Albator. Mais apres je me ferai descendre par un de ses hommes. A moins que Batillat ne me protège. Je ne crois Pas qu'il protège une meurtrière.

Je continue de courir dans la forêt. Un gros paquet de lianes se dressent devant moi. Pourquoi je n'ai pas mes bracelets ! Stupide ! Je ne peux retourner au village des cannibales et je ne veux pas non plus tomber sur un autre. Je m'affale par terre et me remémore le plan.

-Je dois tuer quelqu'un pour une autre personne. Je vais tuer ce quelqu'un et après tuer cet autre personne. Ensuite je me ferai descendre.

Je souris quand mon plan nul mais qui va marcher. Autant être positive. Je suis plus déterminée que jamais a tuer Baptiste. Ca doit être ma priorité numéro 1. Celle numéro 2 c'est Albator.

Mais si je ne me fais pas descendre, je vais devenir quoi ? Je vais monter un elevage de mouton avec Batillat ? Certainement que non. Je ne me vois pas d'avenir hormis la mort.

Eh bien autant qu'elle arrive vite ! Je me relève et me remets en marche vers là où je pense que c'est la direction à suivre pour aller à la mer. Et je marche, je marche. Sous le soleil tapant dur et sans eau. Avec pour seul et jnique compagnon mon pistolet. Que je ne dois pas user la balle pour n'importe quoi. Je la garde pour tuer Baptiste. Je marche. Je dois tuer Baptiste. Je marche sous le soleil.

Et grâce à ce raisonnement, j'arrive en fin de journée, exténuée mais fière de mon parcours. Je me couche sous un arbre et comme je sais que je ne pourrais pas dormir, j'essaye de penser a des choses agréables pour me reposer. Alors je pense à Gus. Mon meilleur ami. Et mon seul et unique ami. ( bon apres il y a eu Batillat - Baptiste ne compte pas - )

Il etait beau. Et il avait de quoi avoir d'autres amis ( amies ). Mais il est resté avec moi. Il me nourrissait, me protéger de tout ce qu'il pouvait. L'homme idéal. Il etait mature quand il le falait et il savait rigoler quand il le falait. Il etait grand, pas maigre, pas gros et il sentait bon le pain tout le temps. Je m'attarde sur son image et malgré mes retitions m'endort.

Quand je me reveille, le soleil est haut dans le ciel. J'ai dormi plus longtemps que j'aurai dû. Je me leve. J'ai encore mon pistolet. Allez. Je pars en petite trotte dans la direction que je me suis imposé. Tuer Baptiste est ma priorité.

J'arrive a la plage au coucher du soleil. Je reste dans la jungle pour observer. Baptiste est là. Seul. Sa vue me cause un choc. Il a un ½il crever. Et dont un léger filet de sang s'écoule sur son visage. Il a du se prendre un sacré coup. Je decide de jouer la gentille perturber par le cannibalisme. Je vérifie que le pistolet est bien caché puis je cours hors de la forêt en criant. Baptiste se retourne, et son visage s'illumine en me voyant.

Je cours vers lui et me jette dans ses bras. Il me sert fort en me chuchotant :

-Tout vas bien. Je suis là maintenant

-C'est des malades, dis-je, ils se mangent entre eux et ils trouvent ça normal.

Baptiste ne dit rien, mais il doit le savoir.

-Il t'es arrivé quoi a ton ½il, demandai-je en lui effleurant la blessure.

-Lors du seul abordage qu'on a fait durant que tu es partie. Un type m'a trouvé trop beau.

Il rigole doucement. Mais ce n'est pas fini. Je dois savoir le maximum de chose avant de mourir.

-Et Albator, dis-je.

-Il se fait vieux même si ça ne se voit pas. Alors je crois qu'il veut que je lui succède.

-Tu ne vas pas accepter quand même ?

-Non je ne veux pas devenir Albator. Viens on retourne sur le bateau où tu raconteras ce que tu as vu en detail. D'accord ? Et je te promais que ça ne se reproduira plus jamais.

Il se penche vers moi et m'embrasse. Il y vas doucement, de crainte que je le repousse sans doute. Mais je ne peux pas. Pas le dernier baiser. Au bout de 2 minutes, nous nous detachons l'un de l'autre. Baptiste se dirige vers l'Arcadia, qui est amarré plus loin. Je ne le suis pas. Je sors le pistolet. Et quand Baptiste se retourne pour voir si je le suis je pointe le pistolet vers lui.

Il paraît surpris, mais sans plus. Nous nous regardons en chien de faïence. Le coucher de soleil ajoute un côté dramatique a la scène.

-Pourquoi ? me dit-il.

-Je suis désolée.

En fait Dani avait raison. Nous sommes des enfants. Reconverti en soldats tueurs. Et forcé de jouer les adultes.

Je suis une enfant. Qui ne comprendra jamais rien a la vie.

Je caresse la gachette du pistolet.

La détonation annonce le coup. Baptiste blemit et crie. Mais je n'entends rien.

Je ferme les yeux et me dit que j'ai bien fait de ne pas appuyer.

Et puis, il falait s'y attendre, de la part du plus grand pirate.

Via Skyrock iPhone

Chapitre 8 : le village 16/07/2016

Exténuée. Voilà ce que je suis. Je marche dans la forêt depuis très très longtemps et je n'ai rien vu, rien trouvé. Juste de la jungle encore et encore. J'ai de la chance qu'il m'ont laissé les bracelets, sinon je ne pourrais pas avancer ce que je fais avec. Et ces cons de pirates ( pardon corsaires ) qui ne m'ont rien donné à manger ! Ils ont crus que j'étais Robinson Crusoé ou quoi ? Que j'aillais faire une repas 4 etoile lors de ma première nuit ? Parce que oui, je passe plusieurs nuit seule.

Et les humains ! Si c'est pas une bonne grosse merde ça !Je n'en n'ai pas vu un seul depuis mon arrivée ! Et je suis arrivé ici depuis 3 jours ! Des tributs d'une centaine d'hommes qui disait ! Mon cul ! Si ils appellent ça de l'aide, j'appelle un chat un chien. N'importe quoi !

J'en ai tellement marre que je m'assis au pied d'un arbre. Avec un peu de chance un animal viendra me tuer avant que je meure. Parce que toutes les possibilités que j'entrevoie pour la suite se finisse par la mort. Toutes. Au pire j'ai toujours le flingue que j'ai volé a la salle des armes. Je pourrais me tirais une balle dans la tête... Et abrégé mes souffrances. Je ne devrais plus rien subir. Et je n'aurai plus a devoir supporter le fait que j'ai .... avec Baptiste.

Mais quand on y pense, c'est lui qui a achetes l'alcool et c'est lui qui me l'a donné aussi. Et c'estlui qui m'a baisé après. Donc c'est un viol, non ? Et le viol c'est punissable non ? Mais bon, personne n'est la pour m'entendre porter plainte. Ni pour comprendre ma plainte. Quand bien même, ce petit merdeux est sous la protection d'Albator. Et je ne suis pas en meusure de rivaliser avec lui.

Ni en état parce qu'il est clair que là je creve la dalle. Et j'ai soif. Les seuls trucs que j'ai mangé se résume a quelque fruit et baies dont je ne suis pas sûr qu'ils sont pas empoisonné. Sur cette maudite île, on peut mourir chaque jour, a chaque heure, a chaque minute, à chaque seconde. Et je n'ai pas trouvé d'eau. Pas un ruisseau, pas une rivière, pas un etang, pas un marais. Rien. Juste de la jungle en abondance. Je crois que je vais dormir. Peut-être que quand je me réveillerai, tout sera redevenu normal, ma famille ne serai pas morte et Gus non plus, j'aurai une vie saine et belle. Enfin si je meurs ce sera pareille. Et là je m'endors...

Quand je me reveille, je suis dans une piece noire, dont un trou percé dans un mur apporte un peu de lumière. Je suis allongée a même le sol. Je ne me souviens pas être venu ici. En tout cas j'ai encore mes bracelets attaché a mes avants-bras. Et j'ai aussi mon pistolet coincé dans ma ceinture. Je me lève et sors les lames de mes bracelets. Dans la piece il y a une porte. Je me dirige vers elle. Je me place à côté, en alerte. Je respire. Respire Madge, respire. Pourvu que je n'ai pas atteri dans un peuple cannibale. Je prends une grande inspiration et enfonce la porte, lames pointé devant. Je me retrouve face a une petite fille.

-Ahhhhhhhhhh, crie t-elle.

-Ahhhhhhhhhhhh, crié-je.

-Ahhhhhhhhhhhhh, crie t-elle.

-Ahhhhhhhhhhhhhhhh, crié-je.

Et ça aurait pus continuer comme ça pendant des heures si la petite fille n'avait pas arrêter la première. Elle a l'air d'avoir 6 /7 ans plus ou moins. Son corps est marron et elle a de nombreux dessin sur tour son visage et ses bras.

-Désolé, dis-je, je ne voulais pas te faire peur. Qui es-tu ?

-Moi Amina, dis la petite. J'ai apporté eau pour toi.

Son mauvais français temoigne que quelqu'un lui a appris. Et mal.

-Moi je suis Madge. On est où là ?

-Dans mon village. Chasseurs de ma tributs on trouvé toi dormir et t'on ramener ici.

-Merci.

Je bois l'eau qu'elle me tend. Je fais attention de bien délecter chaque gorgée. On ne sait pas quand je pourrais boire de nouveau.

-Tu connais Albator, demandai-je a Amina.

-Oui. Lui être venu, et nous demandé où etait il. Alors nous lui dire. Puis nous explique comment nous vivons. Et lui nous expliquer qui lui etait il. Tu connais lui ?

-Oui, c'est lui qui m'a amené ici.

-Mais si tu veux vivre ici, tu dois peintre peinture sur toi.

-D'accord. Tu veux bien m'aider ?

-Oui je chercher ce qu'il faut.

-Et tu pourrais me rapporter de la nourriture s'il te plaît ?

-Bien sûr.

Elle s'en va en trottinant vers une autre sorte de cabane. En fait le village est fais de ces cabanes dont le toit est en forme de cône et ce cone est pose sur un cylindre. Il n'y a pas de porte juste un trou pour rentrer. De nombreuses personns sont dehors s'abonnant à diverses activités. Tous ont de la peinture sur eux. Mais jamais la même. Les peinture sont toutes différentes. Comme si elles avaient une signification particulière. Ou qu'il racontaient l'histoire de la personne qui les portent.

Mais ce qui me gêne le plus, c'est que les personnes sont a peine habillé. Ils ne portent que de pauvres haillons qui cachent les partis qu'il ne faut pas voir. Je veux bien m'intégrer a la société mais il est hors de question que je porte des trucs comme ça ! Non mais il ne faut pas me prendre pour n'importe qui. Heureusement Amina revient avec que des petits bols remplis d'un liquide coloré et un de petites baies.

-Viens dans hutte, me dit-elle en m'indiquant la cabane.

Donc ses étranges cabanes s'appellent des huttes. Sûrement qu'ils ont d'autres mots différents des miens.

-Assit toi, dit Amina. À terre.

Je m'execute. Amina s'assit en face de moi. Elle me dit :

-Quoi tu veux sur ton visage ?

-Je ne sais pas fais comme tu le sens.

-D'accord. Il faut fermer yeux.

Je ferme les yeux. Et je prends une baie. Délicieuse. Le goût m'éclate dans la bouche quand je creve la baie de mes dents. Puis Je sens que Amina m'etale de la peinture sur le visage. Elle en met un peu partout.

-Tu veux peinture sur tes bras ?

-Non je vais garder mes bracelets. Et mes habits. Ca ne te derange pas ?

-Non mais tout monde va regarder toi.

-Pas grave. Et merci pour la peinture.

-De rien

Et elle me prends la main et dit :

-Viens je vais te présenter à famille à moi !

Elle m'entraîne hors de la hutte et m'emmène dans une autre hutte où plusieurs personnes sont en train de faire de la cuisine.

-Coucou, maman, papa, Théo je vous présente Madge !

Trois paires d'½il se tourne vers moi et me dévisage. Amina est tout sourire mais ce n'est pas la même chose pour sa famille.

-Bonjour, dis-je.

-Hum, fait la mère.

-Hum, fait le père.

-Hum, fait Théo.

Théo doit avoir mon âge, a peu près, mais il paraît adulte. Pas contrairement a moi, qui fait encore enfant. Ses parents ont l'air fort et intelligents. En gros je suis une tâche ici. Et pas seulement à cause de ma couleure de peau différente de la leure.

-Bon, dis-je, je ne vais pas plus vous déranger.

Je me retourne vers la porte enfin le trou qui sert de porte.

-Attends, dit Amina, reste manger ici !

Je crois que l'idée ne me plait pas plus qu'à sa famille. Mais son enthousiasme est tel que je ne peux rien lui refuser.

-Oui, si tes parents sont d'accord.

-Maman, Madge peut rester manger ?

-Hum.

-Papa, Madge peut rester manger ?

-Hum.

-Tu peux rester Madge !

Ses parents savent t'ils au moins parler ? Nous comprenne t-il ? Mais ils ont en quelques sorte acquisser a se que je reste. Mais pendant le repas, personne ne parle. Amina, le fait des fois. Mais ses parents répondent par " hum ". A certains moments, elle me parle mais pas longtemps, vu l'attirance que me porte ses parents, ils me fusillent du regard. Si ils avait des pistolets a la place des yeux, je serai déjà morte. Transpercé par mille et une balles.

Théo, lui ne dis rien et ne me regarde pas. Pfff, il se crois au dessus de moi. Il me trouve puéril et sans grand intérêt. A croire qu'il me prends pour une dégueulasse. Même le repas est dégueu. Surtout le repas je dirai même. C'est une sorte de bouillie qui contient a peu près tout ce qu'ils ont pour manger. Mais c'est gratos alors je ne vais pas rechigner. De plus, Amina me dit qu'au bout d'un moment, on ne fait plus attention au goût.

Inutile de dire que je m'ennuie, ce mot est trop faible pour decrire l'ambiance dans cette famille. Je suis sur le point de m'endormir quand je remarque le pichet d'eau vide. Je saute sur l'occasion :

-Je vais aller remettre de l'eau !

Je m'empare du pichet et Amina dit :

-Tu ne sais Pas où que c'est.

-Dis le moi alors.

-Quand toi sortir de hutte, a droite. Puis sortir du village et suivre le chemin pendant 1 minute. Tu trouve la rivière la. Puis tu remplie et tu reviens.

-Ça marche.

Je me précipite hors de la hutte, trop vite pour faire croire que je voulais vraiment rendre service et non me défiler pendant quelques minutes. Je sors du village, emprunte le petit chemin. Enfin, la petite partie dégagé qui mène à la rivière. J'y arrive et m'assit au bord de l'eau. Je commence a remplir le pichet quand j'entends une branche craquer dans mon dos. Je me retourne, la lame de mes bracelets sortis et le lance pierre prêt a lancer. Mais il n'y a personne. Sûrement un animal. Mais quand je reviens au pichet, je vois quelqu'un surgire sur la rive en face. Je me relève, et pointe ma pierre vers lui, jusqu'à que je vois de qui il s'agit. Habillé tout en noir, avec une cape, et une tête de mort sur le torse, et un bandeau sur l'½il gauche ( ma gauche mais c'est la droite a la personne ). Albator.


Qu'est-ce qu'il fout là ? Il est pas censé dégommer des espagnols ? Mais il me devance :

-Tu dois te demander pourquoi je suis là.

Mon dieu ! Sa voix ! Elle est grave, profonde et on pourrait l'écouter des heures sans s'en lasser ! On dirait qu'elle sort des profondeurs de la Terre !

-Oui, repondai-je d'une petite voix, qui, en comparaison avec la sienne, est aiguë et niaise.

-Tout d'abord, mon bateau reste ici pendant une semaine le temps de faire le plein de vivre. Et je me suis permi de prendre ça.

Il tient dans sa main gantée mon pistolet ! Je regarde dans mon pantalon, et il est plus là ! Comment a t-il ... ? En tout cas il paraît plus dangereux dans sa main a lui.

-Et pourquoi, demandai-je.

-Je vais y aller franchement, Madge.

Il marque une pose et me devisage comme si il craignait que je ne m'enfuis après ce qu'il me dira. Rien de bon je présage. En me tendant le pistolet il me dit :

-Je veux que tu tue Baptiste.

Via Skyrock iPhone